AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Heath || Is it true what they say, that words are weapons?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



➹ What make you think ?
★ SETTLED SINCE : 16/07/2012
★ MESSAGES : 56

☇ DISCLAIMER : Tearsflight




MessageSujet: Heath || Is it true what they say, that words are weapons?   16th Juillet 2012, 10:46 am

Heath Silver Johansen
ft. Douglas Booth
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bonjour, bonsoir Boston ! Moi, c'est Heath Silver Johansen cependant la moitié de mes amis me surnomme souvent avec des surnoms stupides. Je suis né le 4 février 1990 ce qui me donne - si vous êtes brillants - 22 ans et je viens de Liverpool, en Angleterre. Je suis de nationalité américaine et je suis fier de mes origines - ou pas - anglaises. En ce moment, je fais comme métier jeune avocat. Je suis actuellement célibataire et je viens d'un rang aisé. Cela fait maintenant 3 ans que je suis à Boston et je me plaît beaucoup ici. J'aimerais énormément faire partie du groupe Second Chance.

anything else to say ? we wanna know.
.
Sérieux mais pas trop || Aime le calme || A un chien de race golden qu'il a adopté il y a de ça deux ans || Fou amoureux mais fait tout pour l'oublier || A une préférence pour tout ce qui est sucré || Se débrouille pas trop mal en cuisine || Aime aller courir de temps à autre, à l'aurore || Est incapable d'être bien réveillé le matin sans son café || Est un Don Juan à ses heures perdues || A horreur des cornichons || Aime chanter -faux- sous la douche || Déteste son réveil || A un sens de l'humour foireux.

Spoiler:
 


Dernière édition par Heath S. Johansen le 17th Juillet 2012, 1:15 pm, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



➹ What make you think ?
★ SETTLED SINCE : 16/07/2012
★ MESSAGES : 56

☇ DISCLAIMER : Tearsflight




MessageSujet: Re: Heath || Is it true what they say, that words are weapons?   16th Juillet 2012, 10:46 am


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Selon les cas, la vie peut être un fleuve tranquille. Personnellement, même si je n'ai pas à me plaindre, ma vie aura tout simplement été un torrent déchaîné. Commençons par le début.

Je suis né un certain 4 février, dans une clinique de Liverpool. Déjà à ma naissance, je fus aimé, choyé et tout le toutim. Mes parents, Elizabeth et Anton Johansen, vivaient déjà à l'époque dans une situation plus que confortable. Ma mère une journaliste aguerrie, et mon père un avocat réputé, ce n'était pas l'argent qui leur aurait manqué. Malgré cela, et contre toute attente, c'était des gens très simples, vivant au jour le jour, ne cherchant pas à tout point à exhiber leur argent. La seule chose qui manquait à ce parfait tableau était un enfant. Ils avaient essayé pendant longtemps, toujours sans succès. Après plusieurs fausses couches et des examens minutieux, les docteurs s'accordaient à dire qu'il serait impossible à ma mère de concevoir. Et pourtant j'avais pointé mon nez, 10 mois après cette annonce, à leur plus grand bohneur.
Très vite, tout s'organisa autour de moi. Leur petit monde tournait autour de moi, tout simplement. Mes parents accordaient leur vie professionnelle à leur vie familiale, tout en s'aimant comme au premier jour, un petit paradis. Je n'avais rien du gamin pénible qui réclame toujours l'attention pourtant. J'étais plutôt calme, toujours à observer avec de grands yeux le monde extérieur, cherchant à tout comprendre. On m'avait donné les prénoms de Heath, et Silver. Le premier, simple héritage de mon grand-père paternel, le second, apparement à cause de mes yeux qui prenaient une teinte argentée à ma naissance, à croire qu'il y avait eu un sacré manque d'imagination ce jour là. Même si je ne me souviens pas de tout ça, c'est la version qu'en donne mon père.

Mon enfance se passa relativement calmement. Je m'épanouissais et grandissais dans de parfaites conditions. Ma mère avait repris le travail, mais avait abandonné le terrain pour essayer de rester le plus possible à mes côtés d'enfant. Mon père quant à lui continuait de rester au bureau, mais faisant un effort pour ne pas rentrer tard. Je ne le voyais pas pour autant, car il était souvent enfermé dans son bureau à la maison pour finir un quelconque dossier. Sans être un gamin demandeur, je me sentais mal dès qu'on me laissant seul, les jouets ne réussissant pas toujours à combler le manque humain. Je m'ennuyais souvent malgré tout ce qu'on pouvait m'offrir. Je réclamais rarement qu'on m'offre des choses, me satisfaisant de ce que j'avais. Il n'empêche que la solitude me pesait...De temps à autres, j'aimais bien me balader dans la grande maison familiale, fouillant à droite à gauche dans toutes les pièces. Selon les endroits, les découvertes se faisaient diverses, à tel point que par simple habitude, je rapportais tout dans ma chambre. Un balai à chiottes dans les toilettes, une casserole dans la cuisine, un livre dans le bureau, une serviette dans la salle de bain, une télécommande dans le salon, un sac à main dans la chambre des parents...Oh ça oui, à la fin,j'avais un sacré butin. Ce qui amusait fortement mes parents, de venir fouiller dans ma chambre dès qu'un objet disparaissait.
Ils semblèrent comprendre le problème à mes 3 ans, et d'ailleurs, c'est une des choses dont je me souviens encore : ma mère qui venait me voir en souriant « Heath, tu vas avoir un petit frère. » Rien à dire d'autre, mis à part que les longs mois qui suivirent, je restais attentif à l'enflement du ventre de ma mère. Chaque jour j'allais la voir pour lui demander si le bébé était prévu pour le lendemain. Chaque jour la même réponse « Non mon chéri, encore un moment. » Ahlala, au final, ça en avait mis du temps. Mais un jour, je me retrouvais donc dans la maison familiale avec une nounou, mes parents s'en allant avec une valise. Je pensais qu'ils partaient en vacances à l'époque...Le lendemain, mon père était revenu avec un grand sourire, m'emmenant avec lui, en m'expliquant que le bébé était là. Excité comme une puce, je posais toute sortes de questions qui me paraissait existentielles, comme la fameuse question ''comment on fait les bébés''. Quand nous arrivâmes, j'eus par contre la plus grosse déception de ma vie d'enfant. L'arnaque. L'usurpation. La trahison. J'avais pas un petit frère, mais une petite sœur ! Vous imaginez, le traumatisme ?

« Allez Emily ! Regarde, vrouum... » « Gaah ! » Joyeuse, ma petite sœur avait lancé la voiture en l'air, avant de s'avancer jusqu'à moi pour me coller un bisou baveux à souhait sur la joue. J'avais 6 ans, elle en avait 2. Et manifestement, elle n'aimait pas les voitures, préférant les peluches qu'elle mâchouillait en permanence. Même si j'avais boudé à sa naissance, je n'avais pas longtemps résisté avant de m'approcher de son berceau pour la regarder avec des yeux ébahis. Je voulais un petit frère oui...Mais il fallait dire, une petite sœur, c'était intéressant aussi. Même si ça préférait les câlins par rapport à mes jouets.

« Il va falloir que tu fasses des efforts à l'école, Heath ! » « Mais ça m'ennuie. » Oh que oui. L'école m'ennuyait, mais d'une façon ! J'étais loin d'être un cancre, mais bien trop souvent dans mon univers à moi, dans la lune comme disaient les professeurs. Un garçon imaginatif, plein de créativité, tout ça. Sauf que je ne faisais rien...Placé trop près de la fenêtre en classe, je regardais les oiseaux voler au lieu de travailler, ce qu'on attendait de moi donc. Je m'attirais ainsi les foudres de mon père, qui comme chaque géniteur digne de ce nom, ne souhaitait qu'une chose: que ses enfants réussissent. Donc, pour lui, j'étais mal partis. Quand on me demandait ce que je voulais faire plus tard, je répondais toujours la même chose : comme maman. J'aimais son métier, j'adorais lire ce qu'elle pouvait écrire, et surtout, je voulais tout découvrir et tout savoir. Sans savoir que ce n'était pas possible bien sûr.

« Mes chéris, je vais devoir partir sur le terrain pour le travail...Vous resterez avec papa en attendant. Vous serez sage, hein ? » « Tu partiras combien de temps ? » « Je veux pas que tu partes moi ! » acheva Emily de sa petite voix aiguë. J'avais 13 ans, et pourtant, je ne me réjouissais pas de cette nouvelle. Depuis que je devenais indépendant et apte à m'occuper de ma sœur, notre père recommençait à travailler tard, et notre mère s'était à nouveau engagée dans son travail au point de partir, bien trop souvent à mon goût. Cela pouvait durer deux jours comme deux mois, je ne me sentais pas de toujours assumer. A voir l'air tendu de notre mère, on avait de quoi s'inquiéter. « Je ne sais pas. Je rentrerai le plus vite possible...Je vous aime, d'accord ? N'oubliez pas ça. Vous allez me manquer. » On ne pouvait même pas la retenir, sa valise était déjà faite, son collègue l'attendait dans sa voiture, devant la maison. Elle fit un câlin à Emily, m'ébouriffa les cheveux, embrassa mon père, et disparût dans l'encadrement de la porte, laissant un grand blanc derrière elle. Je ne cherchais même pas à la retenir, me ruant dans ma chambre. Je me sentais seul. Quelques minutes plus tard, ce fut Emi' qui me rejoignit aussi, s'asseyant contre moi. Nous n'étions que deux de toute façon ; c'était ainsi depuis quelques années.

« ...Un séisme s'est produit au large de l'île indonésienne de Sumatra avec une magnitude de 9,1 à 9,3 à 7h58 heure locale. L'épicentre se situe à la frontière des plaques tectoniques eurasienne et indo-australienne. Le tremblement de terre a provoqué vingt minutes plus tard un tsunami allant jusqu'à 35 mètres de hauteur5 qui a frappé l'Indonésie, les côtes du Sri Lanka et du sud de l'Inde, ainsi que l'ouest de la Thaïlande. Le bilan en pertes humaines est encore indéterminé, mais se dénombre sûrement en centaine de milliers de morts. La suite au prochain flash info... » Je venais de rentrer de cours quand je tombais sur ce flash info, montrant les ravages du tsunami. J'en avais lâché mon sac. Je ne voulais pas le croire en entendant les endroits touchés par cette catastrophe. Je voulais que ce soit une blague. Je voulais me réveiller. Maintenant. Emily qui m'avait entendu rentrer était derrière moi. Du haut de ses 10 ans, elle avait déjà compris qu'il y avait un problème. Non, non, et non...Des pubs défilaient maintenant à la télé, ventant le mérite d'une marque de yaourt, quand la lumière diffusée par cette télévision s'éteignit subitement. Tremblant, sans vouloir le réaliser, je me tournais vers notre père, accoudé dans l'encadrement de la porte. Il avait les yeux rouges, sans doute qu'il avait pleuré.Ce que je me mis à faire, suivi de près par ma sœur.
Je ne voulais pas croire que j'avais perdu ma mère dedans.

Les jours qui suivirent furent une torture. On ne m'avait pas obligé à retourner en cours pour les jours à venir, le temps que je digère l'information. Je m'étais senti tellement faible qu'au bout de quelques jours, je ne me laissais plus aller, plus jamais. Je voulais rester fort, juste pour Emily. Notre père aussi était rongé par le chagrin, à tel point qu'on ne le voyait plus que très rarement. Il était aussi anéanti que nous, alors il se plongeait dans le travail, nous zappant complètement. Les appels, les mails, les lettres de condoléances s'étaient mises à pleuvoir. Je ne les regardais même pas. Petit à petit, sans m'en rendre compte, je m'étais refermé sur moi-même, ne m'ouvrant qu'à Emily. Après tout, elle était la seule qui semblait me comprendre dans cette foutue situation...Les personnes qui osaient me demander si ça allait, se faisaient remballer d'une façon pas tout à fait plaisante, pour résumer.

« TU VAS QUOI ?!! » « Je vais épouser Daniella, Heath. Que tu le veuilles ou non. Elle ne remplacera jamais ta mère mais... » « T'AS PAS LE DROIT ! T'ES JUSTE UN VRAI CONNARD ! MAMAN DOIT SE RETOURNER DANS SA TOMBE A CAUSE DE TOI ! » j'étais parti en claquant fortement la porte une fois arrivé dans ma chambre. C'était bien la première fois où je parlais aussi mal à mon père...Emily avait observé la scène en silence. Elle était souvent silencieuse ces derniers temps...Si moi, j'avais essayé d'être fort, elle, elle s'était enfermé dans une sorte de mutisme dont rien ne pouvait la sortir, même pas moi. Cela faisait tout juste un an que notre mère était morte, et nous ne nous étions pas encore relevés...Notre père ne nous y aidait pas non plus il faut dire. Constamment, on l'entendait nous morigéner comme quoi nous ne devions pas être faible, et tout ça. L'armée du salut si vous voulez mon avis...En cours, mes notes avaient considérablement baissé, ce qui me rapprochait chaque jour un peu plus de l'échec scolaire. Sauf qu'aujourd'hui, quand on me demandait ce que je voulais faire, je ne répondais plus rien. Le journalisme, chose qui m'avait tant passionné par le passé, avait tué ma mère. Pourquoi vouloir suivre cette voie alors ? Il n'y avait plus de raisons. Et entre temps eh bien...Notre père avait rencontré une femme. Si encore on peut l'appeler ainsi...Botoxée de toute part, une bonne tête de blondasse peroxydée, je haïssais cette femme de tout mon être. Elle n'en voulait qu'à l'argent de mon père, ce que j'avais compris depuis longtemps. Alors si en plus ils se mariaient...Rien que de penser à cela, et au fait qu'ils pouvaient encore peut-être se reproduire, ça me donnait la nausée. Et puis en plus, ça impliquait que j'allais aussi avoir une demi-sœur...parce que oui, il fallait que cette Daniella ait une fille, Flavie. Heureusement pour moi qu'elle n'avait rien à voir avec sa mère.

A mon grand malheur, et ce, encore une fois, ils se marièrent bel et bien, et prirent une maison en plein cœur de Londres, nous obligeant à déménager et à quitter la maison dans laquelle j'avais grandi, ce qui rajoutais un point à la liste de tout ce qui pouvait me faire haïr ma...belle-mère. Décidé à ne pas me laisser faire, je n'étais même pas allé au mariage, m'attirant les foudres de mon géniteur. J'avais souvent droit au speech ''oui il faudrait que tu sois content de me voir heureux'' et blablabla, mais je n'y arrivais pas. Pas de la sorte. Je la détestais du plus profond de mon être, et ce, malgré moi. A défaut, je m'étais rapproché avec Flavie. J'en arrivais même à l'apprécier en fait. Bonne vivante, toujours le sourire aux lèvres, et pourtant avec un caractère difficilement cernable, elle m'intriguait bien. De plus, contrairement à sa mère, je la trouvais magnifique. On pouvait passer des heures ensemble à bavarder de tout et de rien, tant de musique que de littérature. Sa passion, c'était la photographie. Alors à force, je devins un peu son modèle préféré. Peu importe l'heure et la situation, elle pouvait dégainer son appareil photo pour me mitrailler. Je jouais souvent le jeu, prenant la pose pour lui faire plaisir. Notre rapprochement ravissait mon père, comme inquiétait ma belle-mère. Il faut dire, dès que mon géniteur avait le dos tourné, elle en profitait pour se comporter comme une vraie garce envers Emily et moi. La version live de la marâtre dans Cendrillon presque.

« Qu'est-ce que tu fais ? » « Je travaille. Le prof veut qu'on fasse un travail sur un modèle nu... » « T'as besoin d'un modèle ? » « T'es volontaire ? » « Et pourquoi pas ? » Avachis sur mon lit, je l'avais regardée dessiner durant de longues minutes avant de lui poser la question, de savoir à quoi elle était occupée. Avec un grand sourire, j'avais lentement retiré mon tee-shirt. Jusqu'ici je la taquinais, je ne pensais pas réellement me mettre nu devant elle. Quoique si c'était en tout bien tout honneur pour l'aider, je n'y voyais aucun soucis. Elle prenait des cours d'art, qui pouvaient passer par du dessin, de la peinture, ou de la photographie. En somme en ce moment, c'était du dessin. Nous avions respectivement 16 et 17 ans. Ce jour là, nous étions seuls chez nous...Les parents étaient partis pour le week-end, 'Mily se trouvait chez une amie. En sachant cela, tout s'était enchaîné très vite avec Flavie...Elle avait lâché son crayon pour s'approcher de moi, et me forcer à m'allonger sur le dos. « Ferme les yeux. » J'avais obéi. Et elle m'avais embrassé. C'était la première fois que nous nous embrassions, et autant dire que dès ce moment là, nous n'avions plus eu envie de nous lâcher. Je n'avais pas longtemps obéi à son ordre, ouvrant les yeux et passant ma main contre sa nuque pour la garder un peu contre moi. Nos souffles se faisaient courts, tandis que nos mains ne restaient pas en reste, explorant minutieusement le corps de l'autre. Ne voulant pas rester ainsi, je m'étais redressé pour faire basculer son corps sous le mien. Mes lèvres partirent à la découverte de son cou, son décolleté. Son débardeur fut bientôt un lointain souvenir. Nos pantalons finirent au pied du lit, suivis de près par nos sous-vêtements. Et on a fait l'amour.
Blottis l'un contre l'autre sous la couette, on aurait pu passer un long moment comme ça, juste à nous murmurer des mots doux. Mais manifestement, tout ne se passa pas exactement comme on l'aurait voulu...La porte qui s'ouvrit à la volée nous le confirma. Heureusement, ça ne fut que sur une Emily essoufflée, qui se décomposa en nous voyant dans une telle situation. « Eh merde je m'en doutais...Bon allez bougez, la grosse vache est revenue ! » Ce qui voulait dire en gros qu'une raison avait poussé les parents à abréger leur week-end. Et que si on se faisait prendre, on était foutus. J'eus à peine le temps d'analyser l'information que Daniella était derrière ma sœur. Elle passa par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel avant de se mettre à hurler. Flavie tentait de cacher son corps nu avec la couette, tandis que je cherchais mes propres vêtements sur le sol. Merde, merde, merde.

« Non mais tu te rends compte Anton ! C'est...C'est de l'inceste ! On ne peut pas laisser passer cela ! Ton fils est nocif à ma petite Flavie ! Anton...Fais quelque chose ! » « Calme toi ma chérie... » « Me calmer ?! Après cela ! » La grosse vache blonde avait laissé exploser sa colère à table, alors que nous étions tous les cinq assis en train de manger. Mon père ne savait plus quoi faire face à la colère de sa femme. Avec Flavie, nous nous lancions des regards exaspérés face à ce spectacle. On ne voyait pas tellement le problème, n'ayant aucun liens de sang...Aucun inceste qui tienne. Juste que ma belle-mère ne semblait pas apprécier que sa fille me fréquente. Elle aurait pu tomber sur pire, mais elle ne semblait pas le comprendre. Elle ne comprenait jamais rien. Emily, elle, continuait de manger, imperturbable, souriant quand même au tas d'inepties qui étaient lancées. Je levais les yeux vers ma chérie en sentant quelqu'un me faire du pied. La blondinette me sourit en se levant d'une façon brusque, prenant un air insolent envers sa mère. « Que je sache, on n'est pas frères et sœurs. Donc ce n'est pas la peine d'en faire tout un drame maman. » Je l'observais sortir de table d'une façon légère, l'air de bien se ficher du courroux de sa génitrice. « Dégueulasse ton rôti, belle-maman. » Et je m'entraînais à la suite de la jeune femme.

Bien entendu, ça ne fit qu'empirer la situation. Rien ne réussit pour autant à nous séparer, les mois continuaient de passer durant lesquels Flavie continuait de prendre des cours d'art, prenant aujourd'hui un malin plaisir à me dessiner nu. J'avais décidé de me diriger vers des études de droit pour ma part. Et surtout, nous continuions à nous afficher ensemble, que cela plaise ou non. Tout cela, jusqu'au jour où Flavie tomba enceinte. Ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Il fallait bien nous l'avouer, cette grossesse avait quelques années d'avance. A ses 18 ans, elle ne pouvait décemment pas élever un enfant. Ne trouvant pas d'autres échappatoire, on avait fini par l'avouer aux parents, ce qui avait créé une dispute énorme. L'ultimatum fut lancé : soit je partais, soit c'était elles. Dans tous les cas, Daniella m'avait strictement interdit de revoir Flavie. Mon père ne donnait même plus son avis, malgré tout ce qui nous tombait dessus. Néanmoins il en fut ainsi. Je ne voulais pas gâcher l'avenir de la jeune femme, ou bien détruire le couple de mon père, même si je ne l'approuvais pas. Ma décision était prise : j'allais partir.

Ma décision n'avait rien de réfléchi, mais je partis en direction de Boston. Un bon compte en banque, que mon père continuait d'alimenter malgré ces histoire, suffit à me loger dans un premier temps. Je voulais lui prouver qu'il aurait de quoi être fier de moi. Alors je continuais mes études de droit. Avec un travail acharné, j'arrivais enfin à être premier de ma promotion. J'eus mon diplôme, et je débutais dans le métier d'avocat, décidé à me faire un nom. Je n'avais plus aucune nouvelles de Flavie, mon père refusant de m'en donner. Alors je décidais d'oublier, de tout laisser tomber, de passer à autre chose. Après tout, c'était la meilleure chose à faire. Un nouveau départ.


Dernière édition par Heath S. Johansen le 17th Juillet 2012, 12:54 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MISS BOWER ♥ Forever, I'll be yours !

➹ What make you think ?
★ SETTLED SINCE : 16/05/2012
★ MESSAGES : 554

─ pix :


MISS BOWER ♥ Forever, I'll be yours !

● ALWAYS MORE ●
In your Heart: Jeffrey Caiden Bower
ϟ carnet d'amis: :


MessageSujet: Re: Heath || Is it true what they say, that words are weapons?   16th Juillet 2012, 11:15 am

Bienvenue sur le forum, Heath !

Le staff te remercie de ton inscription.

En cas de question, n'hésite pas Wink

Bonne continuation pour ta fiche.

Bisous

— — — — F o r e v e r ♧ Y o u n g — — — —

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Pourquoi demander si je t'aime encore, comme si, un jour, je ne t'aimerais plus ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


† THEODORA“ il est grand temps de rallumer les étoiles „

➹ What make you think ?
★ SETTLED SINCE : 15/08/2010
★ MESSAGES : 1247

─ pix :

☇ DISCLAIMER : croco & tumblr

† THEODORA

● ALWAYS MORE ●
In your Heart:
ϟ carnet d'amis: :


MessageSujet: Re: Heath || Is it true what they say, that words are weapons?   16th Juillet 2012, 12:41 pm

Douglas, ce qu'il est beau 128281
Bienvenue sur FY et merci de ton inscription, si tu as le moindre problème, le staff est là haaan
bonne chance pour ta fiche & have fun 74554

— — — — F o r e v e r ♧ Y o u n g — — — —


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
my little stranger. « Yes, he caught my eye, As I walked on by. he could see from my face that I was, flying high. and i don't think that I'll see him again but we shared a moment that will last till the end. you're beautiful, you're beautiful, you're beautiful, it's true, i saw your face in a crowded place, and i don't know what to do. 'cause I'll never be with you. - RAIN BIRD »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



➹ What make you think ?
★ SETTLED SINCE : 03/07/2012
★ MESSAGES : 77

☇ DISCLAIMER : ©Shiya



● ALWAYS MORE ●
In your Heart:
ϟ carnet d'amis: :


MessageSujet: Re: Heath || Is it true what they say, that words are weapons?   16th Juillet 2012, 1:19 pm

Bienvenue sur le forum ! :)
Bonne chance pour ta fiche :).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



➹ What make you think ?
★ SETTLED SINCE : 16/07/2012
★ MESSAGES : 56

☇ DISCLAIMER : Tearsflight




MessageSujet: Re: Heath || Is it true what they say, that words are weapons?   16th Juillet 2012, 3:04 pm

Merci à vous please

— — — — F o r e v e r ♧ Y o u n g — — — —

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    It's a truth that in love and war, world's collide and hearts get broken. I want to live like I know I'm dying, not be afraid. Is it true what they say, that words are weapons? And if it is, then everybody best stop steppin'. Wait, it's just about to break, it's more than I can take!
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MISS BOWER ♥ Forever, I'll be yours !

➹ What make you think ?
★ SETTLED SINCE : 16/05/2012
★ MESSAGES : 554

─ pix :


MISS BOWER ♥ Forever, I'll be yours !

● ALWAYS MORE ●
In your Heart: Jeffrey Caiden Bower
ϟ carnet d'amis: :


MessageSujet: Re: Heath || Is it true what they say, that words are weapons?   17th Juillet 2012, 1:40 pm

Fiche parfaite à mes yeux, donc je te valide sans hésitation.

N'oublie pas de faire les diverses demandes sur le forum.

Have fun with us !

— — — — F o r e v e r ♧ Y o u n g — — — —

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Pourquoi demander si je t'aime encore, comme si, un jour, je ne t'aimerais plus ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


ㄨ I BREAK A MILLION HEARTS JUST FOR FUN, I DON'T BELONG TO ANYONE ♡

➹ What make you think ?
★ SETTLED SINCE : 20/12/2011
★ MESSAGES : 702

─ TELL US ALL :
Sometimes, it's hard to be a heart breaker.
─ pix :

☇ DISCLAIMER : © applestorm (avatar) - permanentjoy & MINKA (gif ginta)

ㄨ I BREAK A MILLION HEARTS JUST FOR FUN, I DON'T BELONG TO ANYONE ♡


MessageSujet: Re: Heath || Is it true what they say, that words are weapons?   17th Juillet 2012, 5:18 pm

BIENVENUE CHEZ TOI please coeur
Ton super avatar baveeee 345
Pardon pour le retard :3

— — — — F o r e v e r ♧ Y o u n g — — — —

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
she's just a little broken doll .
who doesn't want to be fixed cause she doesn't want to fall again. she has seen everything and nothing worth it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☇ Contenu sponsorisé


➹ What make you think ?



MessageSujet: Re: Heath || Is it true what they say, that words are weapons?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Heath || Is it true what they say, that words are weapons?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F O R E V E R . Y O U N G ! :: Présentations Validées-
Sauter vers: